👻 Snapchat de L’Équipe 👻

👉 Le compte de L’Équipe : lequipe.fr

Ajouter L’Équipe en un clic

Comment ajouter L’Équipe sur Snapchat ?  ✔️

  • Ouvrez Snapchat
  • Cliquez sur l’icone en haut à droite de votre écran, elle représente un petit personnage avec un +
  • Entrez le nom de la célébrité dans l’outil de recherche “Trouver des amis”
  • Cliquez sur le bouton “S’abonner” (normalement, une personnalité affiche un bouton “s’abonner”, contrairement un ami qui affiche “ajouter”)
  • Vous pouvez à présent consulter les stories de cette personne

Qui est L’Équipe ? 🤔

L’Équipe est un quotidien national français consacré au sport, propriété des Éditions Philippe Amaury. Le journal est réputé pour sa couverture du football, du rugby, du sport automobile et du cyclisme. Son prédécesseur était L’Auto, un journal sportif généraliste dont le nom ne reflétait pas un intérêt étroit mais l’engouement de l’époque pour les courses automobiles.

L’Auto est à l’origine de la course cycliste par étapes du Tour de France en 1903, en tant qu’outil de promotion de la circulation. Le maillot jaune du leader de la course a été institué en 1919, probablement pour refléter le papier journal jaune distinctif sur lequel L’Auto était publié. La compétition qui allait devenir la Ligue des champions de l’UEFA est également l’œuvre d’un journaliste de l’Équipe, Gabriel Hanot.

Histoire

L’Auto-Vélo

L’Auto et donc L’Équipe doivent leur vie à un scandale français du XIXe siècle impliquant le soldat Alfred Dreyfus – l’affaire Dreyfus. Avec des relents d’antisémitisme et de paranoïa d’après-guerre, Dreyfus a été accusé de vendre des secrets au vieil ennemi de la France, les Allemands.

Comme les différentes parties de la société insistaient sur le fait qu’il était coupable ou innocent – il a finalement été innocenté, mais seulement après que des procès truqués l’aient banni dans un camp de prisonniers sur une île – la scission s’est rapprochée de la guerre civile et a toujours ses échos dans la société française moderne.

Le plus grand journal sportif français, Le Vélo, a mêlé couverture sportive et commentaires politiques. Son rédacteur en chef, Pierre Giffard, a cru l’innocence de Dreyfus et l’a affirmé, ce qui a entraîné un désaccord acerbe avec ses principaux annonceurs. Parmi eux, le constructeur automobile le Comte de Dion et les industriels Adolphe Clément et Édouard Michelin.

Frustrés par la politique de Giffard, ils préparent un journal concurrent. L’éditeur est un éminent coureur cycliste, Henri Desgrange, qui a publié un livre de tactique et d’entraînement cycliste et travaille comme publicitaire pour Clément. Desgrange était un personnage fort mais manquait de confiance en lui, à tel point qu’il doutait du Tour de France fondé en son nom qu’il s’est tenu à l’écart de la course pionnière en 1903 jusqu’à ce qu’elle semble être un succès.

L’Auto

Trois ans après la fondation de L’Auto-Vélo en 1900, un tribunal parisien a décidé que le titre était trop proche de son principal concurrent, Le Vélo de Giffard. La référence à “Vélo” a donc été abandonnée et le nouveau journal est devenu tout simplement L’Auto. Il a été imprimé sur du papier jaune parce que Giffard utilisait du vert.

VOIR AUSSI  Snapchat Le Parisien

Mais la diffusion est lente et seule une réunion de crise appelée “pour clouer le bec de Giffard”, comme le dit Desgrange, vient à son secours. Puis, au premier étage des bureaux du journal, rue du Faubourg-Montmartre à Paris, un écrivain de 26 ans spécialisé dans le cyclisme et le rugby, Géo Lefèvre, a suggéré un tour de France de course, plus grand que tout autre journal pourrait rivaliser et qui s’apparenterait à des courses de six jours sur la piste.

Le Tour de France est un succès pour le journal ; le tirage passe de 25 000 exemplaires avant le Tour de 1903 à 65 000 après celui-ci ; en 1908, le tirage de la course dépasse le quart de million d’exemplaires, et pendant le Tour de 1923, il se vend à 500 000 exemplaires par jour. Le record de diffusion revendiqué par Desgrange est de 854 000 exemplaires, atteint lors du Tour de 1933.

Desgrange meurt en 1940 et la propriété passe à un consortium d’Allemands. Le journal commença à imprimer des commentaires favorables aux nazis d’occupation et ses portes furent donc clouées avec le retour de la paix, comme tous les autres journaux qui avaient été imprimés sous les Allemands.

L’Équipe

En 1940, Jacques Goddet succède à Desgrange comme rédacteur en chef et organisateur nominal du Tour de France (bien qu’il ait refusé les demandes allemandes de le faire pendant la guerre, voir Tour de France pendant la Seconde Guerre mondiale). Jacques Goddet était le fils du premier directeur financier de L’Auto, Victor Goddet. Goddet a défendu le rôle de son journal dans un procès intenté par le gouvernement français, mais n’a jamais été totalement blanchi dans l’esprit du public de sa proximité avec les Allemands ou avec le chef de l’État français, Philippe Pétain.

Goddet a cependant pu signaler l’impression clandestine de journaux et de pamphlets de la Résistance dans la salle d’impression de L’Auto et a donc été autorisé à publier un journal successeur appelé L’Équipe. Il occupait des locaux en face de l’endroit où se trouvait L’Auto, dans un bâtiment qui était en fait la propriété de L’Auto, bien que les actifs du journal d’origine aient été mis sous séquestre par l’État. L’une des conditions de publication imposées par l’État était que L’Équipe utilise du papier blanc plutôt que du papier jaune, qui était trop étroitement lié à L’Auto.

Le nouveau journal est publié trois fois par semaine à partir du 28 février 1946. Depuis 1948, il est publié quotidiennement. Le journal a bénéficié de la disparition de ses concurrents, L’Élan et Le Sport. Sa couverture des courses automobiles fait allusion à l’origine du journal en imprimant les mots L’Auto en tête de page dans l’impression gothique utilisée dans le titre principal du journal d’avant-guerre.

L’Équipe est publié en format grand format.

A propos

admin

Laisser un commentaire